Archive for juin, 2011

Est-ce d’époque ou de style ?

mercredi, juin 29th, 2011

Afin de protéger les acheteurs, le décret du 3 mars 1981 fixe le sens des différentes formules utilisés par les professionnels du marché de l’art.

Ainsi, un meuble dit d’ « époque Louis XV » signifie qu’il a été réalisé sous le règne de Louis XV. Il s’agit donc d’un meuble authentique. En revanche, un meuble dit de « style Louis XV » présente uniquement des caractéristiques stylistiques propres au XVIIIe siècle. Il s’agit donc d’un meuble réalisé au XIXe ou au XXe siècle. Enfin, un meuble dit  « estampillé Jacob » signifie qu’il s’agit d’un meuble authentique qui fut réalisé par cet ébéniste et qui porte sa signature. Ces distinctions existent également dans le domaine de la peinture. Les mentions d’une œuvre « signée de … », « par … » ou « œuvre de … » suivies du nom de l’artiste prouvent que cet artiste en est bien l’auteur. La mention « atelier de … » suivie du nom de l’artiste signifie que l’oeuvre a été réalisé dans l’atelier de l’artiste ou sous sa direction. La mention « Ecole de … » suivie du nom de l’artiste signifie que l’auteur de l’œuvre fut l’élève du maître indiqué. Enfin, les termes « dans le goût de … », « dans le style de … », « dans le genre de … », « d’après … », « façon de … », ne veulent pas dire que l’œuvre fut réalisée par un artiste ou son atelier, ni par son élève, ni à son époque. Le commissaire-priseur fait alors référence au style d’un artiste et de son atelier.

Commode de style Louis XV

Commode de style Louis XV

Commode d'époque Louis XV estampillée Lefèvre

Commode d'époque Louis XV estampillée Lefèvre

Estampille Lefèvre sur commode d'époque Louis XV

Estampille Lefèvre sur commode d'époque Louis XV

Quelques conseils pour reconnaître un meuble ancien :

  • A la différence des meubles XVIIIe, les meubles du XIXe siècle paressent plus massifs. Les vernis sont plus brillants et tapageurs. De même, les bronzes sont plus volumineux et la dorure qui les recouvre est régulière. Enfin, les plaques de marbre sont beiges rosées pour les meubles d’époque Louis XV. Le XIXe siècle emploie plus volontiers des marbres gris pâles.
  • Les trous de vers : ces trous sont parallèles aux fibres du bois et n’excèdent pas un ou deux millimètres. Les trous en surface ne sont jamais circulaires.
  • Les placages : un placage ancien laisse voir de grosses fentes espacées. A contrario, pour un meuble du XIXe ou du XXe siècle, les fentes du placage sont plus fines et moins espacées.
  • Les assemblages : il faut porter son attention sur les tenons (partie mâle d’un système de fixation) et les mortaises (partie femelle d’un système de fixation).
  • Les queues-d’aronde sont visibles sur les côtés des tiroirs. Plus les queues-d’aronde sont fines et régulières, plus le meuble est moderne. De même, les tiroirs des meubles du début du XVIIIe siècle ne présentent qu’une seule et large queue-d’aronde. A la fin du XVIIIe siècle, on en trouve trois, petites et minces. Dès le XIXe siècle, elles sont au nombre de quatre et régulières.
  • Les traces d’outils : les meubles réalisés avant le XIXe siècle sont entièrement réalisés à la main. Les stries obliques et croisées témoignent d’un travail manuel. En revanche, l’ère industrielle du XIXe siècle laisse des stries parallèles et droites. De même, une surface lisse laisse préjuger de l’utilisation d’une ponceuse.
  • Les montants : les moulures des montants d’un buffet ou d’une commode aux pieds galbés doivent être fermées en haut et en bas.
  • Une moulure fermée en bas mais coupée en haut signifie que le montant fut remployé et recoupé d’un autre meuble.
  • En revanche, sur un meuble dont les pieds se trouvent dans le prolongement des montants, la moulure est coupée en haut et en bas.

Peter Fages, étudiant en seconde année à l’Ecole du Louvre