Archive for avril, 2011

Percez les secrets du diamant…

lundi, avril 18th, 2011

Avec l’arrivée du printemps, le temps des fiançailles et des rapprochements étincelants, rappelons les éléments et critères essentiels pour choisir un diamant de premier choix. Il s’agit de la règle des 4 C (traduit de l’anglais, colour, clarity, carat, cut) : couleur, pureté, poids et taille.

Couleur : Les couleurs du prisme et de l’arc-en-ciel.
La détermination de la couleur d’un diamant est très importante dans l’estimation de sa valeur. Suivant le type et la saturation de la couleur, il est possible de diviser les diamants en deux groupes : les diamants de la série Cape, et les diamants de couleur spéciale, dits « fantaisie ». Les diamants de la série Cape représentent plus de 90% des diamants gemmes. Leur couleur varie de incolore à jaune clair avec de légères différences de teintes. Afin de caractériser la couleur d’un diamant, il est placé entre deux pierres de comparaison de sorte que la pierre de droite soit plus colorée que la pierre à graduer et la pierre de gauche moins colorée.

Pureté : « Clair comme de l’eau de roche »
Toutes les caractéristiques visibles à l’intérieur d’un diamant sont des inclusions, elles seront prises en compte dans la définition de sa pureté. La pureté d’un diamant se détermine avec une loupe de grossissement (10x). Les caractéristiques externes n’affectent pas la pureté sauf si elles sont visibles par la table (témoins de brut, traces de poli, égrisures, chocs).

Poids : « Les femmes préfèrent les gros diamants »
Le poids d’un diamant est toujours est toujours exprimé en carat (I carat= 0,2 grammes) avec au moins deux décimales arrondies. Le poids de plusieurs diamants sur un bijou doit être désigné par « poids total ».

Taille : « A vous de jouer ! »
La symétrie ainsi que la finition, le poli, les proportions sont prises en compte dans la graduation du diamant. Les proportions d’un diamant étant toujours rapportées au diamètre de la pierre (100%).

Taille en général :
Après avoir été clivé ou scié, le diamant brut est prêt à être taillé. Ceci signifie qu’on va former sur une pierre brute un nombre défini de facettes, présentant l’une par rapport à l’autre un degré d’inclinaison rigoureusement déterminée. Il existe deux types de taille : la taille brillantée (incluant les formes : ronde, ovale, poire, cœur, marquise, navette, troïdas, princesse), la taille à degrés ou pans coupés (de formes : émeraude, baguette, triangle, tapper).

Taille ancienne : « La taille de charme ».
Dans le passé, on aplanissait les facettes telles qu’elles se présentaient naturellement ; ce que faisaient autrefois déjà les hindous, et ce qui se pratiquait également au Moyen-âge. La taille est restée rudimentaire jusqu’au début des années 1900. A la suite des recherches faites alors sur la physique, l’optique et la réfraction de la lumière dans les gemmes, on découvrit les principes régissant la symétrie à respecter lors de la taille du diamant.
Comment la reconnaître : en regardant par la table (facette plane vue du dessus), on peut apercevoir un petit rond qui indique que la pointe de la culasse diamant est coupée (par opposition à la taille moderne dont la pointe est intacte).

Demi-taille : « Un bon compromis ».
Elle apparait en 1930, et suis l’évolution de la taille du diamant en cherchant à arrondir la pierre. Elle se rapproche de la taille moderne. La demi-taille possède de larges facettes et une culasse coupée. Cette taille apporte plus de brillance que la taille ancienne, et reste plus abordable que la taille moderne.

Taille moderne : « La brillance avant tout ».
Les normes du brillant standard furent établies en 1966 par Tillander.
C’est cette nomenclature qui sert de base à la taille moderne. La taille brillant comprend 57 facettes, la table, 32 facettes. De temps en temps, on parle de tailles nouvelles comme le ROYAL 144 avec 144 facettes au lieu de 57 ou le Maximilian Cut comportant 78 facettes. Toutes ces tailles sont des variantes de la taille brillant.

Fluorescence :
La fluorescence est une forme de luminescence, un effet lumineux lorsque la pierre est exposée à un rayonnement ultraviolet. L’énergie lumineuse est absorbée par la pierre et réémise sous la forme d’une couleur visible. La fluorescence d’un diamant doit être observée sous les rayons UV long (366 nm). Elle est généralement de couleur bleue dans 90 % des cas (due à l’azote) et doit être indiquée sur un certificat en indiquant son intensité (inerte, faible, moyenne, forte).

Le certificat : « Vos papiers s’il vous plait »
Le certificat, doit légalement faire apparaître le terme de « rapport de graduation » ou « attestation de graduation », apparu en 1970. Bien qu’il existe une quantité importante de laboratoires, les plus utilisés par la profession sont : le L.F.G (laboratoire français de gemmologie) pour le marché français, le G.I.A. (Etats-Unis) et le H.R.D. (Belgique). Le rapport de graduation peut être comparé à une carte d’identité de la pierre qu’il accompagne. Il se présente sous la forme d’un imprimé où sont notées toutes les caractéristiques de la pierre expertisée : le poids, la couleur, la taille, la pureté, les proportions, la finition, les dimensions et la fluorescence. Tous les défauts de structure de la pierre sont notés sur le rapport.

Magali TEISSEIRE
Expert en bijoux.

Sophie CHEVALLIER
Stagiaire IESA